[archives] des histoires des contes des nouvelles par Swakby

Aller en bas

[archives] des histoires des contes des nouvelles par Swakby

Message  jaimesbonde007 le Lun 6 Déc - 20:55

j'aime écrire..........

Les quatre saisons de Pom.......

"pom' de reinette et pom' d'api
tapis, tapis rouge,
pom' de reinette et pom' d'api
tapis, tapis gris."

La voix enfantine anonne la comptine, la reprend, s'interrompt. L'enfant dévisage avec perplexité celle qui joue avec lui, elle a les yeux remplis de larmes.
"Pourquoi tu pleures , maman?"
" Ne t'inquiète pas, ce n'est rien, juste une poussière dans l'oeil". Elle essuie d'un revers de manche les larmes aux bords des cils, sourit à l'enfant pour le rassurer. Pour couper court à ses questions, elle l'entraîne vers la cuisine. " Allons viens, c'est l'heure du goûter."
Elle l'aide à s'installer. "Un yaourt, ça te va ? veux-tu un verre d'eau?" L'enfant acquiesce.
Tandis qu'il bavarde, elle s'assied à ses côtés, lui répond machinalement, mais elle ne l'écoute plus, elle ne l'entend plus, perdue qu'elle est dans ses pensées.......

1) Printemps

Une cour d'école baignée d'un soleil printanier, des enfants chahutent, se poursuivent avec des cris entremêlés d'éclats de rires.Deux fillettes jouent à la marelle, l'une petite, toute blonde, l'autre plus grande, toute brune. Tout en sautant à cloche-pied, elles se font des confidences .
" On m'appelle Pom" dit la blonde, "et toi ?"
" Marie" répond la brune."T'es dans quelle classe?"
"CM1 avec la mère Blanchard et toi?"
"CM2 avec le père Merlot...J'l'ai eue, l'année dernière" reprend la brune" l'est pas facile, elle crie tout le temps, Tu es nouvelle? je t'avais jamais vue avant."
"J' suis arrivée d' la semaine dernière, mon père vient de trouver un nouveau job. Tu habites où ?"
" impasse du tilleul et toi?"
"pas loin de chez toi, le grand immeuble au coin de la rue des jardiniers" Et c'est ainsi que tout a commencé.

2)Eté

C'est l'été , des cris joyeux, des plongeons plus ou moins réussis, deux adolescentes au bord d'une piscine arborent des bikinis aux couleurs flamboyantes, elles détaillent les garçons. "'T'as vu celui-là, comme il est maigre? Et celui-là comme il est gros? Il est pas mal le grand brun, mais un peu vieux quand même. Et le p'tit blond pour qui il s'prend, il arrête pas de me zyeuter".
Elles rient, heureuses d'être ensemble, de faire admirer leur plastique dans leur minuscules maillots de bain. " T'as d'la chance, Marie, t'es déjà toute bronzée. Passe-moi d' la crème dans le dos s'il te plait, sinon je vais peler" Marie s'exécute, c'est vrai que le soleil tape fort aujourd'hui, et le dos de Pom commence à rougir, sa peau est si blanche qu'elle a beaucoup de mal à bronzer. " J'ai trop chaud, j'vais nager, la première arrivée d' l' autre côté a gagné ". Elles s'élancent en courant, gloussent au contact de l'eau fraîche, se poursuivent dans un crawl effréné......

Les années passent, leur groupe s'est agrandi de quelques filles et garçons qui habitent à proximité de leurs domiciles. L'été période des vacances par excellence, livrées à elles-même par des parents qui travaillent, elles se retrouvent quotidiennement, elles partagent des aventures dont la seule évocation les font mourir de rire.....Elles grandissent l'une à côté de l'autre, se passionnent pour la politique, s'inquiètent de leur avenir, mais c'est certain, Pom sera un peintre de renom, et Marie se dirigera plutôt vers des études scientifiques......
Pom est la décideuse, elle demeure petite, toujours aussi blonde avec de grands yeux bleus rieurs, Marie parait plus réservée, mais faut pas trop s'y fier, elle a parfois des idées saugrenues. N'est-ce pas elle qui s'inspirant des débats politiques , a fait paraitre un petit article dans le journal local tournant en dérision les élections du délégué de classe? l'affaire a fait grand bruit dans les couloirs du lycée, et elle a bien été a deux doigts du conseil de discipline. Et la fois où elle a provoqué la grosse Sally, celle qui passe pour la meilleure élève de la classe et dont le sac recèle une quantité incroyable de pompes ? les deux filles, encouragées par leurs supporters, ont réglé leur différent à coups de poing à l'abri du regard des adultes, Sally est rentrée chez elle l'oeil au beurre noir, Marie le nez en compote... Et la descente en roller de la rue des lilas qui en a eut l'idée, si ce n'est Marie, descente qui s'est soldée par un vol plané sur le capot de la voiture à l'arrêt du pharmacien, bilan une lèvre fendue, un genou explosé.......Elles ont aussi leur moment de tranquillité , Pom a un tempérament d'artiste, peinture, photos, sculpture, elle passe beaucoup de temps à s'essayer dans ces disciplimes, Marie écrit, elle aime jouer avec les mots.

Pom donc, est celle qui décide de l'exposition à visiter, du film à voir dans le vieux cinéma d'art et d'essai aux fauteuils défoncés, des amis à fréquenter, de ceux à rejeter.Elles ont des petits amis comme toutes les filles de leur âge, leurs aventures n'ont qu'un temps car elles s'en lassent vite . Elles cherchent des petits boulots pour arrondir leur argent de poche, babysitting, distribution de prospectus leur permettent d'acheter un bouquin, un colifichet à la mode, ou tout simplement payer une tournée à leurs copains, copines au bistrot à la mode. Elles sont encore jeunes, et leurs parents ne les autorisent que très rarement à sortir le soir....

3)Automne

Leur existence va changer quand Marie part à l'Université. elle ne revient voir sa famille qu'une fois par mois, et ne rencontre Pom qu'à cette occasion. Elles communiquent via msn ou leurs mobiles, mais ce n'est plus la même chose.
N'ayant pu trouver de place en cité universitaire, Marie habite une petite chambre de bonne située au dernier étage d'un vieil immeuble vétuste, pourvu d'un ascenseur, Cet espace minuscule d'une dizaine de métres carrés, fait office à la fois de cuisine,de chambre et de bureau, la salle de bain commune à tous les locataires de l'étage, des étudiants pour la plupart, est située à mi hauteur dans l'escalier qui mène à leur étage.....
Marie goûte à la liberté, elle n'a plus de compte à rendre , elle peut sortir quand elle le souhaite, rentrer à l'heure qui lui plait. Petit à petit elle se fait un cercle d'amis, filles et garçons provenant d'autres lieux, ayant d'autres idéaux.

Elle sort beaucoup et n'a plus guère de temps à consacrer à Pom. Elle tombe de haut quand cette dernière lui fait part d'ennuis familiaux " Mes parents divorcent. Mon père a mis en cloque une secrétaire de sa boîte, évidemment bien plus jeune que lui. Il est parti de la maison, après une grosse engueulade avec ma mère, soi-disant pour assumer ses responsabilités, J'm' doutais bien de quelque chose, cette année-ci, il était tout le temps en déplacement les WE, il prétendait que c'était pour des réunions de formation. Je me demande comment ça va se passer pour moi. Ma mère n'arrête pas de pleurer et de le dénigrer, remarque elle a pas tort. Il en avait pris des responsabilités vis-à vis de nous aussi......Bon, j'te quitte, WE prochain je vois mon père, j't'en dirais plus..bye bye....."

Marie rentre chez ses parents en catastrophe pour réconforter son amie. "Alors, dis-moi, comment s'est passé ce WE, avec ton père? " Pom hausse les épaules, désabusée " je pensais que nous serions rien que nous deux mais il avait amené sa copine, et je n'avais pas l'impression d'exister tellement il était aux petits soins avec elle. C'est à peine s'il a pris de mes nouvelles, mes résultats scolaires, il en a rien à foutre. Quand il s'est adressé à moi , ça n'a été que pour me dire des horreurs sur ma mère. J'avais hâte que ça se termine. Et quand je suis rentrée chez ma mère, elle n'a pas arrêté de me questionner, de se lamenter et de le critiquer.....J'y suis pour rien s'ils ne s'aiment plus, j'ai l'impression qu'ils réglent leurs comptes à travers moi, et franchement j'en ai marre....." Et là dessus, elle s'est mise à pleurer. Marie essaye de la consoler, mais que dire si ce n'est d'attendre....
Les nouvelles suivantes ne sont guère encourageantes,La procédure du divorce est entamée, après quelques rencontres infructueuses avec son père, Pom se refuse à le revoir. Elle est mal dans sa peau, n'accorde plus qu'un intérêt mitigé à ses études, découche de chez elle quand elle ne supporte plus les remarques de sa mère. Elle déboule même un jour chez Marie avec pour tout bagage un sac à dos, elles cohabitent ensemble une quinzaine de jours, mais il lui faut retourner auprès de sa mère, cette dernière ayant menacé de faire appel aux flics.
Marie est désolée pour son amie, elle essaie de la convaincre de prendre patience, de lui remonter le moral, mais Pom ne l'entend pas ainsi " Vois-tu Marie, je ne me sens nulle part à ma place. Si je vais chez mon père il n'arrête pas de critiquer mon éducation, mes vêtements, quand à mes résultats scolaires quand il s'y intéresse, c'est pour dire que ma mère s'occupe mal de moi. Quand je suis avec ma mère, tout est de la faute de mon père, et puis plus question de faire les Beaux Arts, ils n'ont pas les moyens, j'ai plus envie d'étudier, plus envie de rien, et puis j't'ai pas dis la meilleure, ma mère est allée pleurer dans le giron d'un de ses anciens prétendants, parait qu'il vient emménager chez nous.
J'suis pas majeure, j'dois accepter, je les vois se débattre, se combattre alors que parait-il ils s'aimaient. Je comprends pas comment on peut en venir à de telles extrémités. Se déchirer pour récupérer un fauteuil, trois bouquins, une plante grasse, ça n'a aucun sens.....Ils auraient pu se séparer avec dignité, mais non, c'est sordide ce qu'ils font, ils bousillent tout autour de moi, et je vis là dedans.
T'as de la chance , Marie, tes parents sont sévères mais ils s'entendent bien......Et puis tu n'as pas à les supporter tous les jours, les trois quart du temps tu es loin.....T'as vraiment de la chance..."

C'est vrai, Marie a de la chance, elle voudrait s'en excuser auprès de son amie, comment l'aider, la soutenir dans cette passe difficile, l'apaiser , lui dire rien n'est perdu, il faut espérer dans l'avenir ? elle se sent impuissante, tout ce qu'elle peut offrir c'est son affection, son écoute attentive , elle se trouve un peu bête de ne rien trouver d'autre....."Essaie de t'accrocher Pom, passe au moins le bacc, bientôt tu seras majeure, rien ne t'empêchera de me rejoindre. On se débrouillera, je t'aiderais autant que je le pourrais, laisse-les se disputer. Appelle-moi quand ça ne va pas" Pom parait d'accord, mais le coeur n'y est plus, son univers s'est effondré .
Désormais, Marie appelle Pom chaque jour. Elle a beau insister, elle ne reçoit pour toute réponse qu'un"ça va, ça va, ne t'inquiète pas pour moi" dit d'une petite voix triste.

4) Hiver

La suite de l'histoire, Marie la connaît par coeur à force de l'avoir passée en boucle dans sa tête.

Partie pour un stage aux Etats-Unis, Marie y demeure plus longtemps que prévu.Que voulez-vous on ne commande pas à son coeur. Elle fait la connaissance de Renaud, son époux, plus âgé qu'elle, installé aux Etats-unis depuis quelques années. Elle s'abandonne à cet amour fou. Rapidement tombée enceinte, une grossesse pas facile pendant laquelle elle reste allongée de longs mois, elle donne naissance à un petit garçon.
Pendant ce temps, les rapports entre les deux amies d'abord journaliers, s'effilochent au cours des mois pour devenir inexistants. Questionnant son entourage, demeuré en France, Marie n'obtient que des réponses évasives. Pom l'avait oubliée, elle l'oublia également, se consacrant à son bonheur tout neuf.

A son retour en France après deux années d'absence, elle apprend avec stupeur et consternation le décès de Pom, survenu peu de temps après son départ aux Etats-Unis. Son amie ne l'avait pas oubliée, elle était morte. Morte de froid, un petit matin de décembre, dans un squat abandonné alors qu'elle se trouvait sous l'emprise de l'alcool et de la drogue, à 18 ans à peine.

Un bruit de pas pressés dans l'escalier, une porte qui claque, Marie secoue la tête pour chasser ses souvenirs.

Une exclamation joyeuse "Papa, Papa! j'ai appris une nouvelle chanson à l'école." Marie laisse en tête à tête les deux hommes de sa vie. Elle s'enferme à la cuisine pour y préparer le repas du soir. Elle essuie machinalement une larme qui coule le long de sa joue.

La voix claire et rieuse de l'enfant s'élève dans l'appartement.

"pom' de reinette et pom' d'api
tapis, tapis rouge,
pom' de reinette et pom' d'api
tapis, tapis gris."
avatar
jaimesbonde007

Messages : 103
Date d'inscription : 24/11/2010
Age : 32
Localisation : Strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum